Le marché d’esclaves à Foumban

foumban

Ancien marché d’esclaves intégrés dans les circuits de traite évoluant vers le Nord en particulier.

Situé dans le marché face au Palais (5 minutes à pied), l’ancien marché aux esclaves est protégé par une enceinte et peut être ouvert au public où le gardien du lieu donne les informations. Il y a une grande case traditionnelle avec à l’intérieur un grand tambour d’appel. Il était utilisé entre autre pour appeler les populations à partir à la guerre. A leur retour, les blessés étaient soignés dans un hôpital traditionnel au fond de la cour. Il n’est plus du tout visible. Les captifs de guerre étaient répartis « par le Roi selon des critères précis : les plus aptes et habiles étaient affectés auprès des reines; les plus robustes, corpulents et élancé étaient offerts gracieusement aux guerriers ainsi qu’aux notables pour des besoin de procréation en vue du renforcement quantitatif et qualitatif des effectifs de l’armée ; ceux qui ne répondaient pas aux critères précités étaient vendus sur la place de la Cour d’apparat attachés au pied d’un arbre qui jouxte la case du Balafon ». Le soir, les esclaves non vendus étaient ramenés chez un riche négociant habitant non loin de la ville. La guerre était une méthode utilisée pour se procurer des prisonniers destinés à la vente. Beaucoup d’esclaves étaient des captifs de guerre entre tribus ou chefferies, ou le produit des rançons en hommes payées par les vaincus pour mettre fin aux hostilités.